D'autres images ? Cliquez ici.
RetroFutur News Console Voilà l'Echo Le Fureteur Tracts Réclames! Aides de Jeu Albert [Admin]
9. Aides de Jeu : 1. Le Matos : Avions Militaires [Format Impression]

Avions Militaires
créé par L01c Le 11 janvier 1953
[mots-clés: amériques , avions ]

Avions d’Europole

Blohm&Voss BV P.141 Le B.V. 141 est un chasseur très performant malgré une conception asymétrique qui rendit bien des pilotes sceptiques sur ses capacités. Conçu en 1943 par le Dr. Vogt de la Franchise Blohm & Voss, il est l’un des premiers appareils à utiliser aussi franchement des concepts aérodynamiques totalement novateurs ; et ses capacités exceptionnelles firent rapidement taire ses opposants initiaux.

L’aile est assez longue (17,5 m), mais relativement étroite. Le fuselage, plus fin que la plupart des appareils de cette classe, est excentré vers la gauche sur l’aile, et porte le moteur, un BMW801A de 1560cv. La queue est elle-même assymétrique, l’aileron étant excentré vers la gauche. La cabine de pilotage est placée dans une nacelle indépendante du fuselage, placée à droite de celui-ci. Sa position étonnante donne aux deux pilotes une visibilité exceptionnelle, sur tous les angles. Le BV P.141 comporte, outre ses trois canons de calibre .50 montés sur l’aile vers l’avant, 8 emplacements de roquettes sous les ailes et une mini-tourelle à l’arrière de la nacelle de pilotage, munie d’une mitrailleuse de calibre .30 et actionnée par le co-pilote.

L’appareil est rapide et léger, très maniable par rapport à d’autres appareils de sa catégorie. Son principal inconvénient est un manque général de robustesse, lié à sa conception unique. Il n’est pas rare de voir en combat le B.V. 141 se séparer en deux sous l’effet d’une rafale bien placée, le fuselage partant d’un côté et la cabine de l’autre.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
>25360430325assez blindé112004xcal.30, 4 roquettes1417,54,5570010000

Blohm&Voss BV P.170

Ce chasseur-bombardier est un autre appareil du Dr. Vogt, qui est d’un aspect peu orthodoxe. L’aile est entièrement droite, et porte les ailerons et les volets d’atterrissage. Trois moteurs radiaux BMW 801D de 800cv entrainent chacun une hélice à trois pales de 3,5 m de diamètre. Le moteur central est placé sur l’avant du fuselage principal, alors que les deux autres sont montés sur des nacelles en bout d’aile. Chaque moteur (fuselage central compris) est alimenté par son propre réservoir de carburant de 1000 litres. Les deux moteurs extérieurs tournent dans des directions opposées pour éliminer les effets de couple excessif. Cette disposition inhabituelle améliore la stabilité de l’appareil pendant le bombardement, chaque moteur d’aile agissant comme un contrepoids. Toutefois cette configuration diminue la maniabilité de l’appareil dans des duels. Pour pallier ce défaut, Blohm&Voss a remplacé la queue traditionnelle par des gouvernails de direction à l’arrière des nacelles latérales, avec un succès limité.

L’équipage est constitué d’un pilote sont situés dans un habitacle à bulle à l’arrière du fuselage central, et d’un opérateur/observateur/bombardier/radio en avant de lui dans le fuselage. La visibilité est excellente dans le ciel ; sur la terre, les ailes et les nacelles latérales bloquent la vision. L’avion est conçu pour lacher ses bombes lors d’un survol horizontal. Le bombardier/radio se couche à l’intérieur du fuselage pour utiliser le viseur de larguage. Le train d’atterrissage est avec une roulette de queue, avec une particularité qui est que chaque moteur possède son propre train d’atterrissage qui se rétracte vers l’arrière ; le BV P170 se pose ainsi sur 4 roues.

Le BV P170 emporte 3 mitrailleuses de calibre 50, dans l’axe de chaque moteur. Les pilotes se plaignent souvent du sous-armement du BV P.170, tandis que les stratèges se plaignent de la faible capacité d’emport (1800 kg). C’est toutefois un appareil polyvalent, relativement à l’aise dans tous les rôles, d’une fiabilité et d’une résistance maintes fois prouvées en combat.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
20335400300blindé212003xcal.50, 8 roquettes14,3163,65600011650

Bristol type140 Balmoral Ce bombardier léger britannique ancien est en service partout dans le monde. Bien que ce ne soit plus un avion à la pointe de la technique, le Balmoral est le principal bombardier de soutien dans de nombreux théatres d’opération.

Le bombardier Balmoral type 140 était le premier bombardier monoplan produit par Bristol. Lent mais fortement blindé, le Balmoral a servi dans des missions de bombardement ponctuel de rebelles et d’ennemis. C’est toujours son principal rôle, mais il est souvent épaulé par des bombardiers stratégiques plus lourds. Il a sur eux un avantage incomparable - il est assez petit pour être stocké dans un hangar de zeppelin, ce qui a considérablement prolongé sa durée de vie.

Utilisé comme bombardier de harcèlement, il sert pour des bombardements ponctuels sur presque n’importe quelle cible ; Cependant, son rayon opérationnel plutôt faible le force à être employé contre des cibles connues. Un zeppelin militaire typique peut porter jusqu’à trois Balmorals, y compris leur charge utile.

Le Balmoral est un avion pour zeppelin, mais son décollage est toujours un exercice de sang-froid. Le Balmoral doit plier ses bouts d’ailes afin de s’arrimer dans un hangar de zeppelin, et les bouts restent repliés jusqu’à ce que l’appareil soit réellement éjecté. Ceci signifie que le pilote ne peut mettre le moteur en marche et déplier ses ailes qu’une fois en chute libre. A haute altitude, c’est relativement sûr, pour autant que le moteur démarre correctement et que les bouts d’ailes ne se bloquent pas.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
-20200240180très blindé28002xcal.60, 2xcal.70, 2xcal.30 (tourelles), 10 roquettes15,222,46,572506000
Heinkel Lerche II Cet intercepteur ADAV (appareil à décollage et atterrissage vertical) a été basé sur une première conception, le "Wespe" (guêpe). L’agent-Ingénieur Reiniger de la Franchise Heinkel à Alt-Vienna a commencé la conception de cet appareil en février 1945 et le premier prototype a volé le 8 mars 1947. Le "Lerche" (alouette) a une voilure circulaire canalisée contenant deux hélices propulseurs en contra-rotation, actionnées par deux moteurs Daimler-Benz DB605D. Le pilote est couché dans le nez de l’appareil, et l’armement est composé de deux canon de 30mm Mk 108.

Le profil extrême de cet appareil peu maniable exige une tactique d’interception tout à fait originale ; le pilote doit piquer sur son objectif sur une trajectoire d’interception puis disparaître, pour revenir pour une autre interception. Comme aucun autre avion n’est capable de rattraper le Lerche, un pilote accompli peut attaquer une cible lourde, telle qu’un bombardier ou un zeppelin, à la volonté.

La capacité ADAV signifie que le Lerche peut opérer en dehors des terrains d’aviation ; une dalle en de béton dans un dégagement dans la forêt lui suffit largement. L’avion peut même attérir en vue d’une embuscade, et utiliser ses capacités ADAV pour des attaques à basse altitude. Il peut également être lancé directement à partir d’une plateforme volante tel qu’un zeppelin sans crochet d’amarrage ou plateforme de décollage. Ceci compense son autonomie réduite ; il peut être déployé juste à côté de l’objectif. Il peut également atterir plutôt que patrouiller, attendant sa proie au sol.

Le pilote est accroché à l’intérieur d’une grande verrière en bulle. Sa vision est excellente, et la position peu commune la tête la première donne un sentiment de la puissance et de la liberté qu’on ne connait pas sur un appareil normal : le pilote se sent comme s’il était un homme volant, il en oublie la machine, il fait corps avec elle.

Un des inconvénients du Lerche est qu’il doit constamment utiliser ses moteurs à plein régime. Une manoeuvre à vitesse réduite est dangereuse, et la consommation de carburant est phénoménale. Le fuselage est très résistant, mais la puissance des moteurs soumet la structure à un énorme effort et tout dommage structurel peut être extrêmement néfaste.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
>20465560420blindé11202xcal.30, 4 roquettes9,44420005500

Avions des Amériques

Fairchild Brigand Produit à partir de 1945 par la célèbre franchise des C.A.A., Le Fairchild Brigand a rapidement gagné une réputation d’avion fiable et efficace en combat, et est devenu énormément populaire. Le F6II est propulsé par un moteur 16-cylindres Pratt & Whitney R600, puissant mais gourmand en carburant, en partie de part le système innovateur d’injection de carburant qui fournit un avantage : la pesanteur n’a aucun effet sur l’écoulement de carburant, ce qui permet toutes les acrobaties imaginables.

Le Brigand est étonnamment petit, et son moteur puissant de 991cv le rend remarquablement agile et rapide pour un avion de combat lourd. Le Brigand est devenu un avion populaire pour les attaques de bombardiers et autres zeppelins. Toutefois le moteur lourd nuit parfois à la maniabilité de l’engin qui a également un rayon de giration plutôt large. Son accélération est également plutôt médiocre, ce qui en fait une proie facile pour des avions meilleurs au sprint. Ces failles sont compensées par l’armement de Brigand : une paire de canons de calibre .50 sur chaque aile, et une autre paire monté vers l’arrière de canons de calibre .30 . Une fois armé d’obus explosifs, armor-piercing ou incendiaires et d’un chargement complet de roquettes, le Brigand devient redoutable.

Bien que des usines de Fairchild soient situées en U.A.A., la compagnie a vendu le Brigand à de nombreuses titanopoles, notamment à l’Agence de la Paix en Europole.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
>40335400300très blindé15602xcal.30, 4xcal.50, 8 roquettes9,212,33,941255400

Hughes Devastator

Premier modèle conçu par la compagnie Hughes Aviation de Paradise, le Devastator était considéré comme trop radical par des sceptiques ; une revue appela le Devastator "le produit d’une imagination fiévreuse". Le fuselage sans queue et l’hélice de propulsion placée à l’arrière semblaient trop expérimentaux, et beaucoup s’attendait à un échec technique patent. Néanmoins le Devastator surpassa les autres modèle de l’époque en vitesse, en armement et en manoeuvrabilité.

Equipé à l’origine d’un moteur de 12 cylindres Wright Cyclone (peu puissant au regard des modèles plus récents, mais assez robuste à l’époque), l’avion atteignait une vitesse de 350 KM/H. En 1944, Hughes a modifia le Devastator pour bénéficier des avancements technologiques récents ; un moteur Tornado G450 de 1468cv lui permet maintenant d’atteindre une vitesse de 400 KM/H.

Le Devastator est armé de quatre mitrailleuses de calibre .40 et comporte huit points d’attache externes pour des roquettes, des bombes ou des réservoirs de carburant extérieurs. La relative facilité de chargement a entrainé le développement de configurations spécialisées, faisant du Devastator un des avions les moins prévisibles.

Le Devastator est maintenant un avion de combat légèrement ancien (en particulier comparé aux modèles récents tels le Bloodhawk). L’avion est encore largement répandu comme chasseur-bombardier, rôle où son manque de vitesse n’est pas un problème et son agilité et sa puissance de feu sont au-dessus de la moyenne. Le Devastator restera probablement en service encore pendant un certain nombre d’années.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
60340410310blindé16404xcal.40, 8 roquettes7,89,64,947506000

Hugues Firebrand

Le Firebrand a été produit par Hugues à partir de 1947, et est un avions les plus récents. Le Firebrand est le premier avion de combat conçu comme une aile volante, avec un aileron vertical mais aucune queue : l’avion manoeuvre en utilisant des ailerons sur les bords d’attaque et de fuite de l’aile. Avec une aile si large, le Firebrand peut atteindre des altitudes de plus de 11.000 m, et a une charge utile impressionnante. Les mauvais côtés sont une agilité et une vitesse réduite. Le Firebrand peut tout de même atteindre 320 KM/H en vol horizontal, propulsé par deux moteurs Wright Tornado G500 des hélices arrières.

Conçu pour un équipage de deux pilotes, l’habitacle offre une visibilité excellente à 360° et est équipé des commandes dualles (permettant à l’un ou l’autre membre d’équipage de piloter l’avion). Ce dispositif est particulièrement intéressant sur de longs vols, car il permet au pilote et au co-pilote/bombardier de partager les responsabilités. Le Firebrand a un rayon opérationnel de 1200 km, si sa vitesse n’excède pas 280 KM/H.

Le Firebrand comporte quatre canons (deux de calibre .50 et deux de calibre .70), habituellement complétés par des roquettes et des bombes. Des roquettes perce-blindage sont généralement utilisés, mais beaucoup d’équipages choisissent de s’équiper de roquettes non-létales (telles que les leures) ; tout ce qui peut distraire un avion ennemi est essentiel pour le Firebrand, augmentant considérablement ses chances de s’échapper.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
>20265320240blindé212002xcal.50, 4xcal.70, 8 roquettes8,211,92,9662511100

Curtiss-Wright J2 Fury

Le J2 Fury est le dernier avion développé par la franchise des U.A.A. dirigée par les frères Wright, les "pères du vol modernes".

Le Fury est d’une conception plus traditionnelle que beacuoup de ses contemporains : il utilise une hélice avant, plutôt qu’une hélice arrière comme beaucoup d’appareils récents. Propulsé par un moteur de 14-cylindres Wright R-1800-c, le Fury est capable d’atteindre 400 KM/H tout en conservant sa maniabilité. Cependant, l’appareil est alourdi au niveau du nez et peut décrocher à des vitesses habituellement considérées comme sûres ; le Fury n’est pas un avion pour débutants. (Curtiss-Wright a tenté de corriger ce problème avec des ailes de canard, mais l’idée a été abandonné du fait d’une maniabilité trop réduite).

Le Fury est armé d’un canon puissant Goliath de calibre .70 et quatre canons plus légers (une paire de canons de calibre .40, et une paire de canons de calibre .30). Capable d’infliger beaucoup de dommages, le Goliath est enclin à s’enrayer, forçant les pilotes à compter sur les calibres .40 plus faibles.

Le J2 Fury est utilisé principalement comme intercepteur, grâce à son alliance de vitesse et de puissance d’armement. Le Fury s’est également avéré être un appareil anti-zeppelin efficace, le canon Goliath permettant de viser efficacement les nacelles moteur et les tourelles. Quelques groupes emploient également le Fury en soutien d’attaque au sol, attaquant des bâtiments et des unités terrestres. Cependant, la nécessité de piquer sur la cible pour aligner les canons expose dangereusement l’appareil au feu défensif, et les pertes sont souvent excessives.

ManiabilitéAccélération (m/tour)Vitesse max (m/tour)Vitesse max (km/h)Vitesse de croisière (75%) (km/h)BlindageEquipage + passagersAutonomie (km)armementlongueur (m)envergure (m)hauteur (m)poids chargé (kg)plafond (m)
-40360430325blindé16402xcal.30, 2xcal.40, 1xcal.70, 8 roquettes6,48,54,435005400

Sources des images & inspirations : Luft46 pour les appareils "allemands", qui ont existés à l’état de projet... et le très bon jeu Crimson Skies pour les autres appareils.
 

RetroFutur News créé avec SPIP | PLAN DU SITE | [ADMIN]