D'autres images ? Cliquez ici.
RetroFutur News Console Voilà l'Echo Le Fureteur Tracts Réclames! Aides de Jeu Albert [Admin]
Recoupements Bordelais

Communiqué de l’Agence du Divertissement.

L’inauguration de la nouvelle patinoire acrobatique du Bloc Mériadeck a été retransmise sur les canaux hertziens de Lymar et Barmaro. A cette occasion, tous les jeunes administrés des bureaux de l’enseignement du Bloc Mériadeck ont pu assister à un spectacle de patinage acrobatique. Cette discipline, interdite aux UAA à cause du taux de mortalité de ceux qui osent la pratiquer est heureusement autorisée en Europole, pour le plaisir des petits et des grands. La star des CAA, Kathryn Grayson, championne de patinage acrobatique et artistique a mené le ballet d’une main de maître, faisant trembler nos petites têtes blondes de peur. A la fin du spectacle, les enfants ont été autorisés à chausser des patins et à rejoindre sur la piste, en compagnie de leurs agents de l’enseignement, la star et des danseurs. La joie fut à son comble.

Communiqué de l’Agence du Bien être.

La franchise de la Santé numéro 19 du Bloc Alt-Bordeaux-4 a passé un excellent noël. En collaboration avec l’Agence du Bien être, le Bureau des clowns a fait irruption le matin du 25 décembre, rivalisant de grimaces et de pirouettes pour alléger le quotidien de ces patients. Pour la plupart, touchés par de graves maladies non encore élucidées par la recherche, ou victimes de graves accidents, ils sont cloués à leur lit toute la journée. Grâce aux services des agents du Bureaux des Clowns, ils ont retrouvé le sourire en ce jour férié, et certains même ont laissé échapper de grands éclats de .

Communiqué de l’Agence du Divertissement.

Les habitants du Bloc Saintmichel, Alt-Bordeaux-8, ont eu une drôle de surprise en se réveillant ce mardi 24 octobre 1952. Le ciel gris était maintenant occupé par un immense écran de photofluide, soutenu par une mongolfière, et diffusait publicité et musique primesautière. Déjà gratifiés d’une immense verrière protégeant les vestiges de l’ancienne église de Saint Michel, ces administrés n’ont pu que se féliciter des attentions qu’ont pour eux les agences. Le témoignage de Madame Iben-Shahoui, retraitée, est à ce sujet qualificatif : « Ah ben ça alors, c’est quelque.

Communiqué de l’Agence de l’Urbanisme.

En ce jour du 10 janvier 1953, les administrés des blocs voisins ont pu assister à la quatrième inauguration de l’Esplanade des Quinconces. Cette relique d’un passé révolu fut il y a une centaine d’années au niveau de la Garonne. Les marchands de vins s’y arrêtaient pour y faire commerce. Aujourd ’hui, elle tutoie les cieux, pour notre plus grand plaisir, et survole la Garonne d’une vingtaine de mètres, à une hauteur de 48 mètres. La terrasse est construite en plastique chimiquement traité pour être transparent, et les badauds peuvent voir couler paresseusement le vénérable fleuve sous leurs pieds. La nouvelle fontaine, dont les plans ont été réalisés par l’ école Moholy-Nagy du Bahaus, a fait honneur à son ancêtre. En commémoration de cette inauguration, le Bureaux des Manèges de l’agence du Bien être a déployé une succession d’attractions, qui attirent.

Communiqué de l’Agence Centrale.

Le Bureau des Allocations n’est pas réputé pour ses largesses. Pourtant, en ce Mercredi 25 octobre 1952, les candidats au Concours des Allocations des Blocs 55, 56, 57, 59, 60 et 61 d’Alt-Bordeaux ont eu une étrange et heureuse surprise. Suite au déblocage de fonds de la Commission financière du Bureau des Recouvrements de l’Agence centrale, le Bureau des Allocations a soudainement reçu suffisamment d’argent pour que les conditions du Concours soient extrêmement réduites. 99% des administrés qui attendaient là, souvent depuis plusieurs années, dans les secteurs perspectifs du Bureau du Concours des Allocations, ont reçu leur certificat d’allocataire le jour même. Pour ces administrés, qui n’avaient pas d’autres recours avant de plonger dans la marge, ce secours inattendu est le meilleur des.

Extrait du nouveau livre de François Xavier de la Michaudière, sous-dagsec du Bureau de l’aménagement de l’urbanisme.

« Qu’est-ce que l’Esprit d’une Titanopole, après tout ? Pour analyser cette question, il nous faut descendre à un niveau de microgestion urbaine. En effet, chaque bloc a une identité. Il est très facile, pour un administré lambda, d’indiquer à un visiteur les diverses caractéristiques des blocs qui entourent le sien. Tel bloc est redouté pour ses coins sombres et sa population en limite de la marge ; tel bloc est apprécié pour la gentillesse de ses administrés ; tel autre est connu pour le grand nombre de ses franchises et son esprit d’initiative. Ces conclusions implicites peuvent être faites par n’importe quel habitant d’une titanopole. Mais elles sont au niveau de l’inconscient, et ces caractéristiques proviennent d’un très grand nombre de facteurs, dont l’administré lambda n’a justement pas conscience. Bien souvent le bonheur des administrés d’un bloc est important. Mais pas seulement : l’âge moyen, les échanges entre blocs, toutes sortes de paramètres entrent en jeu. Il est bien sûr de notre devoir de mesurer tous ces paramètres, à notre bureau. Selon des études récentes, du professeur Von Schtadt, il serait possible, en stimulant l’activité sociale d’un bloc, de générer une conscience de bloc élargie et profitable. L’aspect financier n’ est bien sûr pas exempt de ces constatations. Certaines expériences ont même prouvé que les attitudes et les opinions des administrés de tout un bloc pouvaient être synchronisées totalement, en augmentant les frottements sociaux. La propagande atteint alors sa pleine optimisation, puisque les administrés de tout un bloc communiquent au maximum. C’est d’ailleurs ainsi qu’ont procédé les agent du Bureau de l’Urbanisme à Alt-Bordeaux, afin de faire accepter les travaux gigantesques du métrofusée aérien. Les stimulations sociales ont généré une conscience de groupe au sujet de la beauté de leurs blocs, provoquant un engouement pour la nouveauté. C’est ainsi que l’Esprit de la Titanopole agit sur le Corps de la Titanopole. Maintenant, est-ce que les travaux n’auront pas raison de l’enthousiasme des administrés avant leur fin, l’avenir seul.

Compte rendu du Bureau de la Salubrité Murale Urbaine.

Les Blocs Alt-Bordeaux 3 et 4 ont été inspectés, et aucun agent n’a détecté de ces horribles graffitis qui semblent se reproduire à vive allure. Diverses bandes de zazous ont été signalées aux services du Bureau de la sécurité de ces Blocs, mais sans résultat. La présence d’anti-coagulant sur les murs les plus touchés n’a pas eu plus d’effet. Qui que soient les vandales, ils utilisent un matériel très sophistiqué et suffisamment rare pour permettre de remonter jusqu’à eux. De même, leurs connaissances des techniques de travail de l’Agence de la Paix, et de l’Agence de l’Urbanisme implique forcément l’appartenance au groupe de subvers-t d’agents de ces deux organismes. Un phénomène alarmant est l’apparition de ces graffitis à l ’INTERIEUR des appartements. Quant aux messages diffusés, de type monologue, ils mentionnent toujours une souffrance, et du désarroi, sans préciser plus de détail.

Rapport du Bureau 32 de l’Agence de la Paix, Lundi 24 janvier 1953.

Déposition du 12ème témoin :

« J’ai pas compris ce qui se passait. Les voitures klaxonnaient, les gens criaient. Ils y en avait partout, qui descendaient de leurs voitures, qui couraient à droite et à gauche. Il y avait un camionneur qui tabassait un automobiliste, et d’autres types voulaient les arrêter. Au milieu de ce foutoir, plusieurs voitures s’étaient rentrées dedans, au centre du carrefour. Mais moi je cherchais la cause du désordre, Monsieur l’agent. Et j’ai vite vu que la signalisation marchait plus. Les feux, ils clignotaient. Et j’ai tout de suite compris que quelque chose était étrange. Vous savez, j ’ai fait partie des troupes marines de l’Agence de la Paix en Afrique Australe, avant que les politiques n’en fassent un chantier. Et à cette époque, le morse était toujours employé. Et bien les feux de la Place Tourny, ils parlaient en morse. Oui, j’en suis sûr. Non, monsieur, je ne bois plus depuis ma démobilisation. Et ils disaient « MAL », et ils le répétaient jusqu’à plus soif. »

Rapport du Bureau Sud-Est des Flux Aquatiques Sous-terrains

Les canalisations de la voie 12 sont en place, malgré un retard conséquent. Les travaux ont subi de nombreux ralentissements dû à la présence de résidus importants de liquides dans les canalisations. Lors de l ’installation, les ouvriers ont été aspergés de déchets liquides qui auraient dû avoir été aspirés depuis longtemps. L’absence de lien entre certaines canalisation et la présence de ces déchets ne fait que renforcer l ’hypothèse d’une intervention de subvers-t. Cependant, grâce au courage des agents de l’aménagement urbain, les travaux ont repris, ce qui permet aux rails du métrofusée de poursuivre leur implantation.

Rapport du Bureau 45c de l’Agence de Réhabilitation Mentale, Mardi 25 janvier 1953.

L’intervention de l’Agence la Paix s’est avérée obligatoire. Nos agents de sécurité ont été dépassés rapidement par les évènements. Deux d’entre eux sont morts dans les débordements. L’incident semble avoir débuté lors de l’ admission d’un des malades à l’infirmerie. Les troubles pathogènes dont il souffraient montraient des hématomes sur tout le corps, semblables à un réseau de câbles, ou de tuyaux. Il a réussi à s’échapper pendant son séjour à l’infirmerie, et a volé les clés d’un quartier de haute surveillance. Les malades évadés, criant qu’elle avait mal, se sont déployés dans tout l’ établissement, neutralisant avec une efficacité étonnante les agents de la sécurité. Les différents témoignages s’accordent pour dire qu’ils ont utilisé des drogues volatiles pulvérisées dans le système d’aération pour se charger des médecins. En effet, le personnel survivant a affirmé avoir vu les murs se fissurer et dégorger du sang.

Extrait d’une discussion téléphonique interceptée par l’Agence de la Paix entre François Xavier de la Michaudière, sous-dagsec du Bureau de l’ aménagement de l’urbanisme, et un individu non-identifié.

« - Nous avons réussi ! C’est formidable ! Elle m’a parlé ! La syntaxe est difficile à déduire, mais je pense que c’est à moi qu’elle s’adressait. J’ai obtenu un enregistrement de tous les bureaux de la sécurité urbaine sonore d’Alt-Bordeaux, et j’ai opéré une fusion entre les bandes. Le son est très grave, mais en accélérant à un taux de 85%, cela devient compréhensible. Tu avais raison, elle vit !

- Allons, allons, calme toi. Et que dit-elle ?

- Elle nous en veut beaucoup, je crois qu’elle n’apprécie pas encore son nouvel état. Elle dit qu’elle a mal, mais je pense que cela va passer. »

Communication inter-agence de l’Agence de la Paix

La lumière doit être faite sur cet accident déplorable. Une enquête a été ouverte afin d’élucider le rôle de l’Agence du Bien être et du Divertissement dans cette affaire. Une audition a été ouverte pour désigner de nouveaux enquêteurs sur place. Les Agents de la Paix inspectent encore les sous sols de la Patinoire. Les machines de refroidissement ne semblent pas avoir souffert de sabotage, pas plus que les chaudières. Le cadavre de l ’agent technique brûlé au dernier degrés tendrait à prouver qu’il s’agit du coupable, mais ses antécédents n’expliquent pas son geste. Les experts de la Commission émettent des doutes sur la possibilité d’un réchauffement soudain dû à un accident. La chaleur nécessaire pour faire fondre la glace à cette vitesse doit être considérable. La position du cadavre indique qu’il n’ aurait pas été en train de s’enfuir, ni de chercher à s’échapper. La rapidité du réchauffement aurait dû le laisser pour mort juste à côté des machines. En tous cas, les familles des enfants noyés ont rendez vous à la morgue demain soir.

Rapport du Service anti-incendie de la Franchise de la Santé numéro 19 du Bloc Alt-Bordeaux-4

Incendie étouffé. Quelques foyers couverts et d’autres en passe de se réveiller. Mes hommes veillent. La pompe arrose toujours. La cause est inconnue. Aucun défaut dans la protection des réseaux de gaz et électricité. Détecteurs de fumée muets. On attend la venue des agents inspecteurs de la Paix. 54 corps retrouvés à présent.

Rapport de la Commission de la sécurité urbaine du Bureau 112m.

Nous sommes donc arrivés à la conclusion qu’un accident aussi terrible n’ aurait pu arriver autrement avec un concours effroyable de circonstances. Ou bien l’intervention d’un groupe de subvers-t très bien organisés. Le gaz du ballon de la mongolfière était sans cesse analysé afin d’éviter justement ce genre de réaction en chaîne. L’explosion en soi a causé suffisamment de dégâts : toutes les vitres du Bloc Saintmichel ont explosé. Une vingtaine de personnes sont encore hospitalisées, 5 ont perdu la vue. Mais c’est la chute de l’écran qui a été la plus préjudiciable. La diffusion par l’Agence du Bien être d’un film à grand succès avait rassemblé de nombreuses personnes sous l’écran. La version du groupe de subvers-t est d’ailleurs beaucoup plus logique si l’on considère le nombre d’attentats en ces quelques jours. L’ agitation doit être matée et c’est à l’Agence de la Paix de s’en occuper.

Rapport du sous sous-dagsec du Bureau 445h de l’Agence de la Paix

La forte présence policière au concert de hier soir n’a pas donné les résultats escomptés. Heureusement, les récents évènements qui secouent la zone d’Alt-Bordeaux ont maintenu les administrés à l’écart de ce concert. Cependant de nombreuses personnes étaient présentes pour assister à ce show de Mick Micheyl, vedette internationale. L’Agence du Divertissement a reçu une plainte de l’Agence de la Paix pour avoir donné l’autorisation de la représentation, malgré les troubles actuels. L’Agence de l’Urbanisme s’est jointe à ses protestations et demande remboursement. Les travaux pour reconstruire la terrasse de l’Esplanade des Quinconces sont chiffrés à 25 millions de TUS. Les principaux groupes de subvers-t suspects sont issus de la frange entre les Blocs de Barmaro et ceux de Lymar, anciennement pays basque. Cependant l’enquête reste ouverte.

Déclaration d’ordre régionale de l’Agence de Recouvrement des dettes administratives.

Suite à une erreur informatique, l’obtention des Allocations a été faussée pour les administrés des blocs 54, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61 et 62 d’ Alt-Bordeaux. Tous les allocataires de ces blocs sont priés de se rendre au centre de recouvrement des dettes administratives le plus proche dans les plus courts délais sous peine de suspension de compte TUS.

Communiqué de l’Agence du Dernier repos

Le vendredi 14 février 1953, Monsieur François Xavier de la Michaudière, sous-dagsec du Bureau de l’aménagement de l’urbanisme, est décédé, suite à la collision avec un wagon du métrofusée aérien. Membre du conseil d’ urbanisme centralisé depuis 1935, François Xavier de la Michaudière était doté, outre sa compétence et son expérience, d’une grande ouverture d’esprit et d’une disponibilité chaleureuse qui manqueront à tous ses collègues.

Initialement paru sur la ML Twisted_50s
 

RetroFutur News créé avec SPIP | PLAN DU SITE | [ADMIN]