D'autres images ? Cliquez ici.
RetroFutur News Console Voilà l'Echo Le Fureteur Tracts Réclames! Aides de Jeu Albert [Admin]
5. Le Règlement
AUTRES ARTICLES de cette rubrique
Proposition de changement de calendrier
AUTRES RUBRIQUES
1. Agences d’Europole
Des faucons anti-mouettes pour protéger nos directeurs d’Agences !
Les ministres et fonctionnaires de l’Agence Gouvernementale réélus pour la 3e fois consécutive à l’unanimité !
Sous-Sols d’Europole : les Réseaux
Sous-Sols d’Europole : les Déchets
Sous-Sols d’Europole : les Mines & Carrières
2. Bureaux Locaux
Au Grand Palais, Exposition de René MAGRITTE
Le savoir, çà ne s’invente pas !
D’odieux volatiles
Les Blocs Célèbres : le modèle Khéops
Les Blocs Célèbres : L’Aérodôme
3. Franchises & Organisations
Cadeaux : Tout est en place !
4. Chez nos voisins
Images d’Ailleurs
Le Paquebot des Airs Bel Geddes # 4
6. La Vie dans les agences
Innovons
Les équipements nécessaires du chef de service
Un nouveau différend entre l’Agence Gouvernementale et l’Agence de la Paix !
Le règlement l’autorise à donner 15 prénoms à son enfant, la loi, non...
Lois ou règlements, nous avons choisi !
par Gamemestre Le 24 février 1954
[mots-clés: agGouvernement , agPaix ]

Une administrée modèle se voit refuser par l’Agence Gouvernementale de L’Europole, depuis 1945, le droit de nommer son fils comme elle l’entend. Les bureaux juridiques de l’Agence de la Paix viennent à sa rescousse...

Sophie-Emilie-Camille-Margaux-Constance de Luprechaun réclamait depuis 1945 auprès du Bureau Local Bernois de l’Agence Gouvernementale Suisse le droit de donner 15 prénoms à son fils, maintenant âgé de 9 ans. Depuis les premières demandes de cette administrée modèle, les "ministres" et autres "fonctionnaires" - entendez par là tous ces agents qui refusent encore d’accepter leur statut en prétendant travailler pour un prétendu Gouvernement soit disant supérieur aux Agences - avaient systématiquement rejetés la question, pourtant légitime.

JPEG - 3.1 ko
Le palais de l’Agence Gouvernementale.
Les terrains qui entourent le palais de l’Agence Gouvernementale sont à l’image de leurs lois... En friche !

Les "lois" prônées par l’Agence Gouvernementale prévoient en effet que "L’Etat a le devoir de défendre les droits fondamentaux de l’enfant et de le protéger contre le choix irresponsable de prénoms par ses parents". Mais la législation vient d’être invalidée par les agents du bureau juridique de l’Agence de la Paix, qui ont fait ressortir que leur règlement - qui prévaut dans tous les cas - autorisait dans tous les cas les parents à choisir le(s) prénom(s) de leur(s) enfant(s), sans limite de nombre. Toujours selon le règlement, élaboré en partenariat avec l’Agence de l’Hygiène Mentale et l’Agence du Bien-Être, il serait non-réglementaire de limiter la liberté d’expression autorisée d’une administrée qui répond à tous les critères du "modèle" europolitain : mariée et s’occupant efficacement de sa famille.

GIF - 15.1 ko
Bureaux du Journal Officiel des Réglements.
Modernité, confort, esprit visionnaire, l’architecture des Bureaux du Journal Officiel des Règlements sont à l’image des règlements qu’ils éditent...

Le fait qu’elle soit en outre un agent hors pair semblait poser problème, puisque certains directeurs des bureaux juridiques se demandaient comment une administrée pouvait à la fois combiner efficacement son travail de mère et sa vocation d’agent. Mais force est de reconnaître, suite à une enquête de voisinage et une enquête administrative approfondies, que Madame Lunprechaun a réussit ce tour de force admirable. Bravo, madame Lunprechaun, vous êtes le miroir dans lequel toutes les femmes modernes des 50’s voudraient se regarder... Le fiston Luprechaun pourra désormais arborer fièrement ses prénoms en entier : Thomas-Lucius-Mickaël-George-Stéphane-Cyrille-Olivier-Raphaël-Vincent-François-Yohan-Yann-Laurent-Loïc-Florent.

Nous serons bientôt en plein milieu des années 1950, mais le travail des Agences n’est pas encore parachevé. Ici et là, il leur faut encore et toujours améliorer leurs règlements pour lutter contre les aberrations des lois gouvernementales obsolètes...

RECLAMES!
TranchNet, la securite propre et net !
par jackLite Le 24 février 1953

L’installation du centre pénitencier 3RD1 dans le Bloc-B5 "Prisonnier" a rendu nerveux plus de la moitié des administrés de Alt-Paris faubourg ouest de la cité des Marmos.

Que se passerait-il si... ? Et si... ?

Et bien nous avons la réponse à toutes vos attentes ! Le TranchNet 2000, ce collier d’à peine 400 grammes contient quatre Micro-Batteries et deux Micro-ExploPate, suffisantes pour faire sauter en cas de besoin la tête du gredin aussi facilement qu’un bouchon de champagne.

La pose ne prend pas plus de 5 minutes et est securisée par le systeme MagnetPlus.

Ce systême inviolable empêche le prisonnier de retirer lui même cette sécurité, car il se déclenche dès qu’il est manipulé, oté ou decoupé, transformant le prisonnier en une formidable gerbe pyrotechnique de sang et de chairs brulées.

Tous les prisonniers se verront attribuer un collier personnel avec une identité Locative et si l’un deux s’éloigne de plus de 200 mètres du Terminal Central... Poufffffff...

Où avait-il la tête ?

TranchNet, la securité propre et Net !!!


Sidérez vos proches avec les enterrement "poussières d’étoiles" !
par Gamemestre Le 22 février 1954

GIF - 13.4 ko
Notre torpille-cercueil.

Votre vie sentimentale fut morne et triste ? Vous vous sentiez inutile, délaissé par vos proches ? Votre directeur et vos collègues vous détestaient ?

JPEG - 2.6 ko
Une cérémonie téléscopique !

Oubliez tout cela après votre mort, et profitez d’un enterrement tout simplement sidérant grace à la franchise "poussière d’étoile". Pour à peine le prix de trois enterrements classiques, faites envoyer votre dépouille dans l’espace ! Vos proches et connaissances seront invités à suivre votre ultime voyage vers le grand vide à travers les derniers télescopes terriens.

N’hésitez plus, c’est totalement gratuit, les dépenses seront entièrement à la charge de votre famille...


Piquez pas mon grisbi.
Attention, film interdit au administrés mineurs.
par Gamemestre Le 24 février 1954

Riton-le-menteur et Max viennent de réussir le coup de leur vie : voler 50 millions de TUS à Com-Orly. Avec ce "grisbi", les deux gangsters comptent bien profiter d’une retraite paisible. Mais Max ne peut s’empêcher de parler du magot à sa maîtresse Josy. L’entraîneuse transmet la précieuse information à Alfredo, un trafiquant de drogue avec lequel elle trompe Max. Alfredo kidnappe le vieux truand et demande le "grisbi" à Riton comme rançon...


 

RetroFutur News créé avec SPIP | PLAN DU SITE | [ADMIN]