D'autres images ? Cliquez ici.
RetroFutur News Console Voilà l'Echo Le Fureteur Tracts Réclames! Aides de Jeu Albert [Admin]
3. Alternatives
AUTRES ARTICLES de cette rubrique
Aldous Huxley arrêté par les agents de la Réhabilitation Individuelle !
Musiques Clandestines
La guerre pour le bon goût...
Paranoïaques, dérangés ... Géniaux ?
AUTRES RUBRIQUES
1. Officiellement
Un quotidien bien étrange...
Hospitalisés pour se faire rembourser leurs frais de déplacements !
La commission d’harmonisation des envois pneumatiques...
Le bidule, oui, mais... c’est quoi au juste ?
Tranche de Vie
2. Le Second Marché
La Substance "Nuit"
4. Faits Divers
Gare aux Tchratz !
Interview d’un patron de Dancing.
Confession tardive
Explosion devant l’agence sectoriel de la réhabilitation individuelle
Drole de nouvel an pour la maison Tuttle.
5. Est-ce bien normal ?
Agence de la torture mentale ?
Chiens Méchants
Des Zombies de Guerre ?
Foldingue !!
"Substance Nuit", des effets insoupconnés ?
Théatre de Rue
par Alain Derxis , L01c Le 20 novembre 1952
[mots-clés: ptnq , subver-e ]

Vous avez sûrement déjà assisté au moins une fois à un évènement de ce type :

Vous êtes dans les couloirs du Métro, en chemin vers votre travail, massé parmi une foule d’anonymes tous dans votre cas. Soudain, vous entendez des éclats de voix à l’autre bout du couloir. Vous levez la tête, et là-bas, près du mur, vous voyez quelques administrés, probablement perchés sur un banc ou sur des caisses, qui agitent les bras en criant. Intrigué, vous vous approchez, et vous vous rendez compte que ces cris sont en fait une chanson. Vous comprenez soudain que vous assistez à une opérette improvisée. Vous suivez l’histoire, vous souriez, puis elle prend un tour dramatique, vous froncez les sourcils, puis elle se termine soudain en queue de poisson. Vous entendez un autre bruit au loin, c’est des agents de la Paix qui tentent de se frayer un chemin jusqu’à la scène improvisée. Les acteurs anonymes descendent brusquement de leur piédestal, lancent en l’air un paquet de tract qui s’éparpillent aux quatre vents, et disparaissent dans la foule avant que les agents ne les rejoignent. Discrètement vous ramassez un tract à vos pieds, qui reprend le texte de l’opérette que vous venez d’entendre.

Cette scène se reproduit très régulièrement dans notre titanopole, à chaque fois à des endroits incongrus et aléatoires. L’Agence de la Paix n’a semble-t-il pas encore réussi à appréhender les acteurs de cette troupe non autorisée, qui se nomme "Le petit théâtre de la névrose quotidienne" d’après les renseignements figurant sur les tracts.

Après enquête auprès de nos contacts alternatifs, nous avons appris que le PTNQ officie dans les marges depuis 1947. Son répertoire est constitué de courtes piécettes, c’est une nécessité pratique car les représentations ne sont pas autorisées par l’Agence du Divertissement et les acteurs risquent donc à chaque fois l’arrestation. Les auteurs des piécettes demeurent anonymes, et les sujets sont variables mais toujours caustiques, caricaturant le fonctionnement des Agences ou les travers des administrés. La fin de ces piécettes est souvent brutale et sombre, voire dérangeante.

Le PTNQ de se définit pas comme une troupe de théâtre mais comme un commando artistique dont la fonction première est de "réveiller la conscience populaire par le biais de l’art dramatique". Les acteurs ont l’air d’administrés comme les autres, jusqu’à ce qu’ils se perchent sur leur scène improvisée et qu’ils se mettent à déclamer ces vers étranges. Ces évènements inhabituels dérangent les administrés, spectateurs involontaires, mais en même temps sont fascinent par leur nouveauté, et laissent un arrière-goût amer à chaque fois que les acteurs s’échappent une fois le "rideau" tombé.

La distribution de tracts, autre acte non autorisé, est pour cette troupe un autre moyen d’expression privilégié. Ces tracts reprennent le texte de la piécette et incitent les spectateurs-lecteurs à les conserver, à les lire, à les apprendre par coeur et à donner des représentations chez eux en privé, ou dans leur bureau en cachette. Ainsi, pour reprendre leurs termes, "l’Art subversif doit pénétrer chaque cellule de la Titanopole, tel un cancer purulent et purificateur".

L’Agence du Divertissement incite tout spectateur témoin de ces représentations illégales à avertir les Agents de la Paix les plus proche et à dénoncer immédiatement les acteurs s’ils les connaissent. Les tracts doivent bien-entendu être détruits sur place sans les lire.

RECLAMES!
L’ennemi public n°1.
Un film sponsorisé par l’Agence de la Réhabilitation Individuelle.
par Gamemestre Le 24 février 1954

Découvrez toute la vérité sur l’affaire Jean Moulin, le plus grand subvers que l’Europole ait jamais connu depuis le Contact. Enfin, vous saurez comment les Agences, en collaborant, ont réussit à faire disparaître ce dangereux ennemi public n°1 !


Nous avons besoin de VOUS !!
par jackLite Le 14 février 1953
[mots-clés: agPharmachimie , propagande ]

Vous avez l’esprit vif ? Un niveau d’éducation supérieur ? Vous voulez vous épanouir dans un CreaMilieu ?

La Pharmachimie a besoin de vous !!

Vous voulez faire partie des hommes qui façonnent le futur visage d’Europole, alors venez travailler pour nous et avec nous sur de très ambitieux projets !

Nous vous attendons !!!


La Pharmachimie se réserve le droit d’appeler de manière insistObligeante toute personne ayant les qualifications nécessaires à la bonne progression de ses recherches.
TranchNet, la securite propre et net !
par jackLite Le 24 février 1953

L’installation du centre pénitencier 3RD1 dans le Bloc-B5 "Prisonnier" a rendu nerveux plus de la moitié des administrés de Alt-Paris faubourg ouest de la cité des Marmos.

Que se passerait-il si... ? Et si... ?

Et bien nous avons la réponse à toutes vos attentes ! Le TranchNet 2000, ce collier d’à peine 400 grammes contient quatre Micro-Batteries et deux Micro-ExploPate, suffisantes pour faire sauter en cas de besoin la tête du gredin aussi facilement qu’un bouchon de champagne.

La pose ne prend pas plus de 5 minutes et est securisée par le systeme MagnetPlus.

Ce systême inviolable empêche le prisonnier de retirer lui même cette sécurité, car il se déclenche dès qu’il est manipulé, oté ou decoupé, transformant le prisonnier en une formidable gerbe pyrotechnique de sang et de chairs brulées.

Tous les prisonniers se verront attribuer un collier personnel avec une identité Locative et si l’un deux s’éloigne de plus de 200 mètres du Terminal Central... Poufffffff...

Où avait-il la tête ?

TranchNet, la securité propre et Net !!!


 

RetroFutur News créé avec SPIP | PLAN DU SITE | [ADMIN]