D'autres images ? Cliquez ici.
RetroFutur News Console Voilà l'Echo Le Fureteur Tracts Réclames! Aides de Jeu Albert [Admin]
Pneumatiques

La pensée du jour
La tolérance est le premier refuge de l’incompétence.
rappel du Règlement
Nous vous rappelons que toute absence pour maladie doit être préalablement autorisée par la délivrance d’un certificat d’indisponibilité au travail (formulaire R43Z) à retirer auprès du Bureau Médical en charge de secteur où vous travaillez.
La Pensée du Jour

Mieux vaut oublier que mal retenir !

Message de l’Agence du Concours


la pensée du jour
Ne Suspectez pas : Dénoncez !
Demandes de relocalisations
Suite aux nombreuses demandes de Relocalisation faites à l’Agence de l’Urbanisme, celle-ci vous conseille, pour une réponse plus rapide aux courriers, de contacter ses services directement par téléphone.
1. Console : 2. Fiches Individuelles
Yoko Neika
créé par jackLite Le 20 novembre 1952
[mots-clés: chrysalide , subver-e ]

née le 27/09/1926 - 28 ans

Ses parents, originaires de Alt-Tokyo ont émigré à Alt-Paris de lors du conflit des Triades en 1924.

1930 : Yoko entame des cours de chant sous la direction de Arles, un égaré pourvu d’un soit-disant talent artistique considérable.

1935 : On retrouve Yoko tétanisée dans une ruelle, à côtée de ses parents égorgés ; les alentours sont recouverts de sang et de morceaux de chair. L’enquête montre que ses parents ont été massacrés par trois membres de la Triade d’Alt-Paris, et que ce sont leur restent qui sont étalés sur les murs. Les voisins parlent d’un cri inhumain. Yoko reste muette. L’enquête est classée sans suite.

Yoko est adoptée par Arles. Elle continue ses études de chants jusqu’en 1944.

1945 : Elle se produit au "Jour Volant", bar connu de l’Underground en Zone PARENGAM. Elle connaît un succès retentissant, "ses airs aux mélodies lyriques et envoûtantes evoquent dans le coeur de ses auditeurs la douleur de ses années et l’espoir d’un futur meilleur" selon les critiques égarés. Elle se produit ensuite dans toute la zone PARENGAM.

1951 : Lors de l’un de ses récitals, les murs de la salle se transforment au rythme des modulations de la voix de Yoko, et se déforment aux accents de supplications de ses paroles. Le public sort du théatre atrocement mutilé, rendu fou par un spectacle décrit comme d’une horreur dantesque et sans commune mesure. D’après quelques témoins Yoko semblait elle-même horrifiée de ce qui se passait. Dans la panique elle réussit à s’échapper du cordon de sécurité.

Dans une note trouvée par la suite, elle déclare que quelque chose en elle s’est brisé, qu’elle a perdu ses deux familles, ses parents et son public, que même Arles a disparu lors de "l’accident" (On a en effet perdu toute trace de lui). Elle décide de "se fondre dans l’harmonique des cités tentaculaires". Elle demeure depuis introuvable.

Chansons connues :
- "call me one time more"
- "un jour"
- "la fleur au coeur"
- "Alt-Paris Blues by night"
- "Semper nocte"
- "Night folk blues"


| PLAN
 

RetroFutur News créé avec SPIP | PLAN DU SITE | [ADMIN]